facebooktwitteryoutubeinstagram

Je fais un don pour la recherche
L'édito du Dr Anne Vincent-Salomon
Présidente du Comité Scientifique Prix Ruban Rose

Octobre Rose 2019


En France, le cancer du sein reste le cancer le plus fréquent de la femme. En 2018, 58 459 nouveaux cas ont été diagnostiqués. Si le cancer du sein reste la première cause de décès par cancer des femmes avec 12 146 décès en 2018 (soit 14% des décès par cancer des femmes), plusieurs observations importantes sont porteuses d’espoir : tout d’abord, la diminution du taux de mortalité de -1,3% par an observée entre 2005 et 2012 ; ensuite, la survie après traitement pour cancer du sein a nettement progressé et atteint maintenant 87% à 5 ans (près de 9 femmes sur 10), alors qu’elle était de 80% en 1993. La survie atteint même 99% pour certaines formes que l’on sait maintenant identifier.


Une prise en charge précoce facilitée par le dépistage

Ces progrès sont les fruits de nombreuses améliorations obtenues au cours des vingt dernières années. Citons la mise en œuvre de traitements mieux ajustés à chaque type de cancer, une prise en charge précoce facilitée par le dépistage, associée à une meilleure connaissance de la diversité des différentes formes de cancers du sein. Malheureusement, un constat plus sombre persiste : lorsque des métastases de cancer du sein surviennent, la survie n’est plus que de 26%. Il est donc urgent de poursuivre les efforts de recherche et d’encourager toutes les pistes d’innovation pour faire progresser la survie des femmes atteintes de cancer du sein métastatique.

Soutenir la recherche et informer les femmes : ce sont les deux piliers de la lutte contre la maladie et les missions de l’association Le Cancer du Sein, Parlons-en ! Chaque année, les équipes lauréates des Prix Ruban Rose reçoivent des sommes importantes réunies grâce aux actions des membres fondateurs de l’Association, de ses partenaires et des donateurs particuliers. Le soutien financier des projets scientifiques et médicaux est absolument essentiel pour faire avancer la recherche.

Des projets de haute qualité scientifique, très divers, dans tous les domaines de la recherche fondamentale sont soutenus y compris en épidémiologie visant à mieux comprendre les facteurs de risque de cancer du sein. C’est grâce à la recherche en épidémiologie que des équipes françaises ont contribué à souligner le rôle de l’alcool dans le développement des cancers du sein. L’association Le Cancer du Sein, Parlons-en ! soutient également chaque année des projets audacieux visant à améliorer la qualité de vie des patientes.


Des thérapies ciblées

De nouvelles stratégies de traitement ont vu le jour ces dernières années : des thérapies ciblées ont été identifiées car les mécanismes moléculaires de fonctionnement des cellules cancéreuses ont été décryptés et des traitements médicamenteux détruisant précisément les cellules tumorales tout en épargnant les cellules normales ont été mis au point. Depuis l’an passé, de nombreux espoirs sont soulevés par l’arrivée des immunothérapies pour les cancers du sein triple-négatifs. Les traitements chirurgicaux évoluent également avec le développement des traitements ambulatoires nécessitant un accompagnement très attentif des patientes et l’étroite coopération des équipes de chirurgiens, d’anesthésistes et d’infirmiers.

Les campagnes d’information menées par l’Association et leur effet d’entraînement sur d’autres acteurs de la lutte contre la maladie ont un impact très fort auprès du grand public et notamment des femmes. Mais il est indispensable de continuer ! En 2016, 50,7% des femmes âgées de 50 à 74 ans ont participé au dépistage organisé et 10 à 15% des femmes se font dépister dans le cadre d’une démarche de détection individuelle. Le cancer du sein touche essentiellement les femmes mais c’est toute la société qui doit être mobilisée contre ce fléau qui touche nos mères, nos amies, nos tantes, nos sœurs … Notre regard sur la maladie doit changer et tous nos efforts de prévention doivent être faits.

Faire reculer le nombre de femmes touchées, ce doit être possible. Ensemble, nous y parviendrons !

Dr Anne Vincent-Salomon
Présidente du Comité Scientifique Prix Ruban Rose 
Médecin Pathologiste MD
PhD Service de Pathologie 
U934 INSERM Institut Curie PARIS

Anne Vincent Salomon edito
Photo : © : Pedro Lombardi/Institut Curie

LES PRIX RUBAN ROSE POUR LA RECHERCHE

Voir aussi
picto newsletterNewsletter

Vous souhaitez recevoir la lettre d’information de l’Association.

S'inscrire
logo cds
Je fais un don pour la recherche


facebooktwitteryoutubeinstagram
Utilisation des cookies
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies susceptibles de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et de réaliser des statistiques de visites.